Hello february : demain c’est crêpes!

Attention, j’écris cet article pour évincer mon aversion pour le mois de février. On rentre définitivement dans le mois le plus « bof » de l’année pour moi. Du coup je me console comme je peux…

Bonne nouvelle n°1 : c’est le moment de faire des crêpes! Et il paraît que « les crêpes, par leur forme ronde et dorée, rappellent le disque solaire, évoquant le retour du printemps après l’hiver sombre et froid » (source wikipedia via Migros Magazine, no 5, 1er février 2010, Chadeleur, qui es-tu?, par Mélanie Haab, p. 23). Allez savoir pourquoi, ça m’a fait un bien fou de lire cela! Je crois que je vais regarder autrement mes crêpes!

Bonne nouvelle n°2 : c’est aussi le carnaval et je me fais une joie de déguster les beignets de carnaval encore tièdes, ça me rappelle plein de bons souvenirs 🙂

Bonne nouvelle n°3 : les journées sont un peu plus longues et ça commence à se voir!

Bonne nouvelle n°4 : c’est le mois le plus court de l’année!!!

Allez, plus que 28 jours!

breakfast-699130_1280

Prendre du temps pour soi #1 : la sophrologie

Il y a quelques années, j’étais dans une situation un peu compliquée et, comme je somatise pas mal, je subissais chaque jour des désagréments physiques de plus en plus nombreux. Parmi eux : boule au ventre permanente, insomnies, migraines récurrentes, respiration courte. Bref, ce n’était pas super, et je me retrouvais souvent désarmée face à moi-même. Je savais que la situation n’allait pas évoluer de sitôt, dans l’attente de mieux, j’ai donc décidé de trouver un moyen de désamorcer tout ça.

J’ai entendu parler de la sophrologie, et je me suis dit : pourquoi pas! Et comme parfois les choses se mettent en place toutes seules, il se trouvait qu’une sophrologue venait d’ouvrir son cabinet pas très loin de chez moi. Je me suis donc rendue à une séance de groupe.

Alors concrètement comment se passe une séance de sophrologie? La première séance je ne savais pas à quoi m’attendre, je m’étais habillée en tenue de sport car je pensais qu’on ferait des postures ou je ne sais quoi. La réalité est tout autre! Pas besoin de tenue de sport, juste des habits confortables. Au début, assis en rond sur des chaises j’ai trouvé le concept assez déconcertant, un peu « groupe de parole ». Les séances que je suivais se passaient de cette manière : chacun expliquait comment il se sentait, ensuite la sophrologue nous guidait dans la prise de conscience du corps, de la respiration, puis elle proposait des visualisations. Un peu comme une méditation guidée. Ensuite chacun exprimait comment il se sentait après cette séance.

Et ça sert à quoi? Par rapport à mon expérience, je dirais que c’est reprendre contact avec le présent, le « ici et maintenant », reprendre contact avec son corps par le mental, prendre le temps d’être, de se connecter à son état physique et psychique et de l’accepter tel qu’il est, d’apprendre à lâcher prise, à visualiser le positif, oui, oui tout ça…

Est-ce que c’est pour tout le monde? A priori, je dirais oui! Dans mon groupe, les personnes avaient entre 25 et 75 ans! Je pense aussi que plus on commence tôt, mieux c’est, car cela permet de découvrir une manière alternative de se considérer soi-même. Bien sûr, cette pratique peut en déconcerter plus d’un, il faut adhérer, lâcher prise, se calmer, et je pense aussi qu’il faut persévérer. Au début, je me sentais un peu gênée, de parler de moi, de mes ressentis, de travailler sur la respiration, de bailler etc… Je me disais dans un coin de ma tête que si mon mec était dans la pièce il me dirait: « on dirait une secte »…

Et puis, rester assis et se centrer sur soi pendant plus d’une heure c’est compliqué… Dans une société où l’on veut toujours en faire plus, où l’on ne s’arrête plus, comme prit dans un tourbillon, tout stopper et se focaliser sur soi, ça peut donner le vertige. Ça m’a vraiment mis mal à l’aise au début. Et puis, on prend l’habitude, on se familiarise avec soi-même et on y prend goût!

On se sent comment après? Bien, très bien même!  L’avantage de la sophrologie c’est que l’on peut prendre au vol quelques respirations ou visualisations qui nous font du bien afin de les reproduire chez soi et désamorcer des tensions, ou se calmer quand on est trop speed. J’ai vraiment gagné en qualité de sommeil. Moi qui ne pouvais plus me rendormir lors de mes réveils nocturnes, la sophrologie m’a souvent permis de remédier à cela. Quand je sens que je suis stressée, je mets en place quelques respirations. Quand j’angoisse pour une situation à venir, je m’attache à me concentrer sur le « ici et maintenant ». Bref, après deux ans de pratique, et même si je ne vais plus à des séances de groupes, des petits mécanismes se sont mis en place et désormais, de petites parenthèses enchantées habitent ma vie!

prendre soin de soi

Vers la simplification…

J’avais envie d’aborder ce sujet en ce début d’année, car c’est toujours plus agréable de commencer l’année en prenant conscience des choses que l’on peut faire évoluer. J’ai nommé ce post « vers la simplification » car c’est un peu l’état d’esprit vers lequel je me tourne. Depuis quelques années, j’essaye d’arrêter d’être en mode « pilote automatique » et de me poser les questions sur l’essentiel : qu’est ce qui est vraiment utile et/ou bon pour moi? Je pense que le terme simplification correspond bien à ces questionnements.

Pour l’instant je me suis posée ces questions sur 5 grands domaines, surtout parce que j’ai décidé d’avoir une action sur les choses qui me déplaisaient en l’état. Mais je continue à étayer ce mode de pensée à d’autres aspects de ma vie.

1- Home sweet home.

J’avoue que je suis plutôt du genre à trier facilement. J’ai des modes de pensées bien à moi : vous connaissez la règle des trois ans? Chez moi, c’est une règle que j’ai créé et qui est LA référence à mes yeux. Il s’agit de constater si on a utilisé un objet au cours de ces trois dernières années, si ce n’est pas le cas, je le donne ou le vends (si c’est tout de même un objet auquel je suis attachée car il me rappelle une période de ma vie, je ne change pas la règle mais je prends une photo en souvenir). Cette technique marche pour à peu près tout, que ce soit les vêtements, les chaussures, les livres et divers objets… Honnêtement, je n’ai jamais regretté aucun de mes choix avec cette règle. Moins d’objets, ça sous-entend aussi moins de ménage et moins de recoins à nettoyer et une facilité déconcertante à tout retrouver (enfin en général, hein…)

2-  La cuisine.

Oui pour moi la simplification passe aussi par la cuisine. Je pense qu’il est important de se séparer de toutes sortes d’ustensiles censés nous rendre la vie plus simple. Béa Johnson dans son livre zéro déchet (même si sa démarche est parfois un peu excessive à mon goût) en parle très bien. Je me pose souvent cette question : en ai-je vraiment besoin ou est-ce la société qui me dit que j’en ai besoin? Et finalement je n’ai pas besoin de tant de choses que ça! La réflexion peut aussi être poussée jusque dans la production de déchets (j’en ai déjà parlé ici). Finalement, qui n’a pas envie de sortir sa poubelle moins souvent au profit d’activités plus épanouissantes?

3- La salle de bains.

Pour moi la simplification c’est aussi éviter l’agacement. Il y avait des choses qui avaient le don de m’énerver, j’avais l’impression de passer ma vie à acheter du shampoing, du savon etc. J’ai donc cherché des alternatives ici et , qui, il faut bien l’avouer, m’ont libéré d’un poids. Il me reste encore beaucoup de points à améliorer mais j’ai déjà remédié à ce qui me pesait le plus.

4- Le petit écran.

Oui, oui vous savez cette télé qui traîne au milieu de votre salon. J’ai réalisé combien on pouvait être prisonnier de la zapette. Choisir ce que l’on regarde, ça change la donne!  J’allume la télévision uniquement quand j’ai décidé de regarder quelque chose de précis, en même temps ça se limite à des séries (beaucoup de séries…), quelques émissions et films. Le replay me permet de regarder ce que je veux, quand je le décide et souvent avec seulement quelques pub en lancement… Croyez-le ou non, cela permet de gagner pas mal de temps et de ne pas s’épuiser devant la télé à zapper…

5- Dans ma vie.

La simplification c’est se détacher un peu du matériel pour se donner les chances de grandir d’un point de vue humain. Oui car en simplifiant, on gagne aussi du temps, on peut remplacer les virées shopping du samedi après-midi pour vivre des expériences aussi différentes qu’enrichissantes. Il y a deux ans j’ai créé une liste des choses que j’aimerais réaliser (je la complète régulièrement), j’y ai consigné des actions qui me tiennent à cœur (aider quelqu’un à réaliser son rêve), les nouvelles choses que je voulais tenter (apprendre à jouer du ukulélé par exemple), les lieux que je voudrais visiter, les découvertes que je voulais faire. Régulièrement je pioche une ou deux idées, et je suis super contente de vivre ces expériences!

Et vous qu’avez-vous tenté de simplifier dans vos vies?

green, durable, écologie