Not perfect : ces habitudes qui ont la vie dure…

En règle générale, j’essaye de prendre conscience  de l’impact que j’ai sur la planète. Je pense sincèrement que prendre soin de « sa » planète, c’est aussi prendre soin de soi. Lorsque j’étais étudiante, je me suis orientée vers le développement durable, et, même si mon apprentissage concernait le bâti, cela ne m’a jamais quitté et s’est rependu comme une traînée de poudre à beaucoup d’autres domaines.

Oui mais (il y a toujours un mais), j’ai beau avoir changé mon quotidien, il n’en reste pas moins que certaines habitudes sont très très difficiles à déloger. Je traîne aussi mes boulets. Même en ayant conscience de l’énorme faux pas que je fais, je ne parviens pas à lutter contre moi-même. Il s’agit souvent de mauvaises habitudes dont j’ai un mal fou à me défaire.

J’ai bon espoir que le fait de les acter et de les partager avec vous me permettra de redoubler d’efforts. En ce début d’année, j’espère pouvoir changer ces comportements avant décembre.

1. La question épineuse de la garde-robe

A l’heure où l’on parle d’achats éthiques et responsables, je ne parviens pas à acheter ailleurs que dans les grandes enseignes de prêt à porter. Par facilité, mais aussi par coût. Et même si j’ai réduit de façon drastique mes achats, il n’en reste pas moins que ces chaînes sont loin d’être exemplaire. Je peine à trouver des magasins avec des vêtements qui répondent aux critères d’un achat réfléchi (matières naturelles, procédé de teinture, respect des travailleurs…), et je ne suis pas pour acheter des vêtements en ligne… Les vêtements de seconde main sont aussi une option à laquelle j’ai recours de temps en temps mais pas systématiquement.

2. Les cosmétiques

J’ai commencé à faire le grand ménage dans la salle de bains, du démaquillant au savon en passant par la crème hydratante. Il faut bien avouer que le gros point noir reste le maquillage. J’ai des habitudes profondément ancrées concernant les poudres, les fards à paupière et surtout le mascara. Quand je pense à l’énergie grise déployée pour les créer et à la rapidité avec laquelle on les jette une fois usagés, je me dis qu’il y a un problème à régler. Mais à part réaliser moi-même mon maquillage (avec une tenue et un rendu aléatoire), je n’ai jamais trouvé du maquillage rechargeable. Bref mon chantier n’est absolument pas fini de ce côté-là. (d’ailleurs si vous avez des astuces, n’hésitez pas à m’en faire part!)

3. La provenance des produits

Parfois j’ai du mal à faire des choix. Est-ce que je choisi le sucre local ou le sucre bio qui vient d’Espagne? Je me rends compte que beaucoup de produits bio sont fabriqués assez loin. Et même si j’ai déjà pris le temps de lire toutes les étiquettes pour éviter les produits avec des additifs nocifs, je ne fais pas systématiquement de même pour la provenance des produits… Du coup, il m’arrive de voir que certaines denrées couramment produites en France viennent de beaucoup trop loin.

Voilà cette liste n’est bien sûr pas exhaustive… Je suis loin d’être parfaite, mais comme on dit, l’important c’est d’essayer. Et vous, quels sont vos mauvaises habitudes et comment les avez-vous changées?

green, durable, écologie

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation